De quelques mois à plusieurs années ?

Pour combien de temps sommes-nous protégés après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19 ? « Ouest-France » vous répond.

« L’immunité acquise avec les vaccins sera-t-elle durable pendant des années ? », nous demande Michaël, un lecteur de Belfort (Territoire de Belfort).

La durée de l’immunité fait partie des interrogations récurrentes à propos des vaccins contre le Covid-19. Faudra-t-il, comme la grippe, recevoir une dose tous les ans, comme l’avait évoqué Alain Fischer début mai ? Ou sera-t-on protégé plusieurs années durant ?

Une protection de plusieurs années ?

Dans une étude publiée dans la revue Nature , lundi 28 juin, des scientifiques estiment que l’immunité apportée par les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna est plus longue que prévu. Selon cette recherche menée par une vingtaine de scientifiques américains, les vaccins à ARN messager pourraient offrir des années d’immunité contre le coronavirus.

L’étude a été menée sur quatorze personnes qui ont bénéficié de deux doses de ces vaccins. Des échantillons ont été prélevés dans les ganglions lymphatiques des volontaires à cinq reprises, entre trois et quinze semaines après la première dose.

Dans les quatorze cas, le nombre de « cellules mémoire » – ces cellules permettent d’identifier le virus et de le combattre – n’avait pas diminué, même quinze semaines après la première dose.

De précédentes études suggéraient déjà que l’immunité pouvait durer des années, voire toute une vie, chez les personnes infectées par le coronavirus et vaccinées par la suite. Mais il n’était pas clair si la vaccination seule pouvait avoir un effet aussi durable.

Cependant, les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est faible pourraient devoir se faire administrer une troisième dose. Cette étude ne prend pas non plus en compte les personnes vaccinées avec les vaccins Johnson & Johnson et AstraZeneca.

Lire aussi : Covid-19. Un rappel annuel du vaccin pourrait être nécessaire pour les plus fragiles

Des incertitudes

« À ce jour, peu de données sont disponibles sur la durée de la protection accordée par la vaccination, le suivi des vaccins n’étant que de quelques mois. Néanmoins, les résultats des études cliniques des vaccins autorisés convergent pour démontrer un fait principal : la vaccination permet de réduire massivement la mortalité due au virus et à ses formes graves », indique le ministère de la Santé, sur son site.

« Nous avons des signaux rassurants, laissant à penser que l’immunité peut être prolongée mais aucune certitude et surtout nous ne sommes pas du tout certain que cela soit vrai pour tout le monde, quid des personnes âgées ? », nous a expliqué le professeur Matthieu Revest, du service des maladies infectieuses et réanimation médicale, du CHU de Rennes.

Comme nous l’avait expliqué l’immunologue Frédéric Altare, dans un entretien, « chez les plus jeunes, de l’adolescent jusqu’à l’adulte de 60-70 ans, l’immunisation permise par le vaccin est efficace. Mais au-delà de 70-80 ans, chez certains, même s’ils ont été vaccinés, la réponse immunitaire est plus faible ».

« Chez les sujets âgés, la capacité à reconnaître de nouveaux agents pathogènes est moindre, que ce soit avec ou sans vaccin d’ailleurs. Cependant, il faut noter que si ces sujets âgés vaccinés sont infectés par le Covid, les symptômes seront moins forts que s’ils n’avaient pas été vaccinés », ajoutait le spécialiste.

Lire aussi : ENTRETIEN. Vaccins contre le Covid-19 : « Quinze jours après la deuxième dose, on est bien protégé »

Des vaccins efficaces

Alors que la moitié des Françaises et des Français ont déjà reçu au moins une première dose de vaccin« l’efficacité de la vaccination sur la prévention des formes symptomatiques de Covid-19 à l’issue de la série vaccinale complète s’élève, chez les personnes âgées de 50 ans et plus, à 84,2 % tous vaccins confondus », note Santé publique France, dans son dernier point épidémiologique.

Cette efficacité de la vaccination est légèrement plus importante chez les 50-74 ans (86,1 %) que chez les 75 ans et plus (81,8 %).

En ce qui concerne la durée de la protection acquise grâce aux vaccins, et quel que soit le vaccin, il est encore tôt pour savoir si elle sera comprise entre plusieurs mois voire plusieurs années. « Tout est possible. C’est l’avenir qui nous le dira », concède Matthieu Revest.

Share This