Boule à facettes au bout du tunnel. Après 15 mois de fermeture, les discothèques, grandes oubliées des premières vagues de réouverture post-covid

Elles pourront rouvrir «à compter du 9 juillet», a annoncé le ministre chargé des PME Alain Griset lundi, au sortir d’une réunion à l’Elysée avec les professionnels du monde de la nuit : «Nous passons aujourd’hui une nouvelle étape et le Président a choisi cette journée du 21 juin pour annoncer la réouverture des discothèques à compter du 9 juillet prochain». «L’idée, c’est de permettre aux jeunes et aux moins jeunes de faire la fête en sécurité», a estimé le ministre délégué.

Restent toutefois un certain nombre de consignes sanitaires. D’abord, l’accès sera réservé «à ceux qui pourront produire un pass sanitaire», a précisé le ministre. Pour obtenir ce sésame sur le site dédié de l’Assurance-maladie, trois options : prouver que l’on est totalement vacciné, présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures ou alors, attester qu’on a été atteint par le Covid-19 il y a plus de deux semaines et dans les six derniers mois. Autre contrainte : les discothèques pourront se remplir jusqu’à 100 % de leur capacité habituelle en extérieur mais seulement à une jauge de 75 % en intérieur. Seul soulagement pour les propriétaires de dancefloors, «à l’intérieur, le port du masque ne sera pas obligatoire», a précisé Alain Griset.
Les concerts debout seront, eux, de nouveau autorisés dès le 30 juin. Et le gouvernement leur applique la même règle que pour les discothèques : «avec une jauge de 75 % dans les établissements en intérieur, et une jauge de 100 % en extérieur», a déclaré Roselyne Bachelot. Le pass sanitaire ne sera exigé que pour les événements de plus de 1 000 personnes. Enfin, dans ce dernier cas, «le port du masque ne sera plus obligatoire mais recommandé» comme c’est le cas actuellement pour tous les spectacles en configuration assise, a ajouté la ministre de la Culture afin de «finaliser la reprise des activités culturelles».


Share This